Immobilier Nouméa
Accueil
Immobilier Nouméa
Présentation
Immobilier NC
Leçons
Immobilier défiscalisé
Vocabulaire
Promotions
Prononciation
Promotions
Culture
Outre-mer
Direct Pacifique immobilier Grammaire Direct Pacifique Investissement
Immobilier Pacifique
Exercices
Immobilier Pacific
Téléchargement
Immobilier Nouvelle-Calédonie
 
 
Eveil aux langues

  Les relatives dans les langues du monde

Dans son ouvrage dédié aux universaux du langage humain, Comrie (1989) fonde sa définition des relatives sur la notion d’extension. L’extension d’une expression renvoie à toutes les occurrences particulières à laquelle réfère cette expression. Par exemple, dans « L’homme est mortel », la séquence « l’homme » réfère potentiellement à tous les humains. En revanche, dans « L’homme qui entra dans le hall portait un chapeau », il est question cette fois d’un individu particulier. Selon Comrie, une relative implique nécessairement une tête (l’antécédent des grammaires classiques) et une proposition. Cette proposition, la relative, vient restreindre l’extension de la classe à laquelle réfère la tête. Ainsi, dans « l’homme qui entra dans le hall », la séquence « qui entra dans le hall » suffit à réduire l’extension de la classe « homme » à un individu particulier.
En nengone comme en français, les relatives sont subordonnées et postposées à leur tête. Dans les deux langues, toutes les fonctions actancielles et circonstancielles sont accessibles à la relativisation (nous n’avons vu dans cette leçon qu’une partie des constructions possibles en nengone). Ce qui distingue en revanche les deux langues, c’est que le français utilise des outils relatifs (qui, que, dont, où, auquel, etc.) alors qu’il n’y a pas d’outils relatifs qui introduisent la relative nengone.

Français 

le

chien que je

regarde

Nengone 

ore

pailai Ø inu

ci ule

 

Français 

le

chien qui court

Nengone 

ore

pailai Ø

ci nyanyad

On observe cependant en nengone des procédés anaphoriques entre la relative et l’antécédent lorsque celui-ci correspond à l’objet du verbe de la relative (ex. emploi obligatoire de la forme déterminée du verbe), ou à un lieu (ex. emploi de l’anaphorique il dans la relative).



Retour
  * Uniquement grammaire
 
 
 
 
 
Les pronoms personnels du registre courant

Tableau récapitulatif


|



 
 
Télécharger les leçons
  Version texte
Télécharger les leçons
  Version audio
Ajouter les podcasts
  Itunes / Flux RSS
Ouvrir un compte
Prochainement
Avec la partiticipation de l'Université de la Nouvelle-Calédonie et l'Académie des langues Kanak et du ministère de la Culture et de la Communication.