Immobilier Nouméa
Accueil
Immobilier Nouméa
Présentation
Immobilier NC
Leçons
Immobilier défiscalisé
Vocabulaire
Promotions
Prononciation
Promotions
Culture
Outre-mer
Direct Pacifique immobilier Grammaire Direct Pacifique Investissement
Immobilier Pacifique
Exercices
Immobilier Pacific
Téléchargement
Immobilier Nouvelle-Calédonie
 
 
Eveil aux langues

  Dans ces deux phrases nengone, quel indice permet de savoir qui mange qui ? Qu’en est-il dans les phrases françaises ?

Lorsque le prédicat exprime une action, cette dernière peut impliquer différents êtres ou choses qui y participent. Ces participants sont éventuellement explicités dans la phrase grâce à des mots ou des groupes de mots que l’on appelle des actants. Ainsi, le prédicat peut accepter un nombre variable d’actants qui s’organisent autour de lui. Dans les exemples qui suivent, le prédicat est entre chevrons et les actants sont encadrés :

 

Aucun actant : <Ci el> . ’(Il) pleut.’

Un actant : ‘L’enfant se repose.’

Morow <ci nono>.  
ACTANT 1    

Deux actants : ‘La femme garde l’enfant.

Hmenew <ci cumon> ore morow  
ACTANT 1   ACTANT 2  

Trois actants : La femme donne le ballon à l’enfant.

Hmenew <ci k’anon> ore balo du morow.
ACTANT 1   ACTANT 2 ACTANT 3

Il est possible de distinguer ces différents actants selon leurs propriétés morphologiques et syntaxiques.

 

• LE SUJET

En nengone, le sujet peut être placé soit avant, soit après le prédicat. Dans le cas où le sujet est placé après le prédicat, il est précédé de la marque sujet en k- (voir la leçon 11).

Nina <Ci carajewe>.

‘Nina comprend.’

SUJET PREDICAT  

ou

<ci carajewe> kei Nina.

‘Nina comprend.’

PREDICAT SUJET  


• L’OBJET

L’objet est placé après le prédicat, sans marque particulière.

<Ci ian> ore yoc.

‘(Il) mange le requin.’

PREDICAT OBJET  


Si le sujet et l’objet sont exprimés, trois agencements sont possibles selon que le sujet est placé avant ou après le prédicat. S’il est placé avant, c’est l’ordre qui indique la fonction de chacun des deux actants :

 

Ore cahman <ci ian> ore yoc.
SUJET PREDICAT OBJET
‘L’homme mange le requin.’

 

Ore yoc <ci ian> ore cahman.
SUJET PREDICAT OBJET
‘Le requin mange l’homme.’

Lorsque le sujet est placé après le prédicat, ce n’est plus l’ordre des termes qui permet de distinguer les fonctions, mais la marque sujet en k- :

<ci ian> ore yoc kore cahman.
PREDICAT OBJET SUJET
‘L’homme mange le requin.’

 

<ci ian> kore cahman ore yoc.
PREDICAT SUJET OBJET
‘L’homme mange le requin.’

 

<ci ian> kore yoc ore cahman.
PREDICAT SUJET OBJET
‘Le requin mange l’homme.’

 

<ci ian> ore cahman kore yoc.
PREDICAT OBJET SUJET
‘Le requin mange l’homme.’

 


• LES COMPLEMENTS INDIRECTS

Ils sont placés à droite du prédicat et sont introduits par des prépositions comme du/jew ‘à’, hnei/hnen ‘par’, so/son ‘pour’, sei/sen ‘auprès de, chez’, etc.

Inu <ci nidi oreon> du buhnij.
‘Je vous remercie beaucoup.’

 

Ore morow <hna kedi> ore balo sen ore hmenew.
‘L’enfant a reçu le ballon de la part de la femme.’

Il arrive que tous les actants soient placés après le prédicat. Dans ce cas, comme on l’a vu, ce n’est pas l’ordre qui les distinguent, mais la particule qui les introduit :

- aucune marque pour l’objet ;

- la particule en k- pour le sujet ;

- et une préposition pour les compléments indirects.

 

Ainsi, dans les phrases suivantes, l’ordre est modifié, sans incidence sur la distribution des fonctions syntaxiques :

 

<Hna kedi> ore balo  kore morow  sen ore hmenew.

 

<Hna kedi> kore morow  ore balo  sen ore hmenew.

 

<Hna kedi> sen ore hmenew ore balo  kore morow.


‘L’enfant a reçu le ballon de la part de la femme.’



Retour
  * Uniquement grammaire
 
 
 
 
 
Les conjonctions ka et ne.

Paulo ne Maria ci era. Paulo ci eleda ka Maria ci era. Ome Paulo ne Maria. Ome Paulo ka ome Maria. Quelle conclusion pouvez-vous en tirer sur l’emploi des conjonctions ka et ne ? :


|



 
 
Télécharger les leçons
  Version texte
Télécharger les leçons
  Version audio
Ajouter les podcasts
  Itunes / Flux RSS
Ouvrir un compte
Prochainement
Avec la partiticipation de l'Université de la Nouvelle-Calédonie et l'Académie des langues Kanak et du ministère de la Culture et de la Communication.